Archives pour la catégorie Psy

Prévention et prise en soin des conduites suicidaires

Prévention et prise en soin des conduites suicidaires

Le suicide constitue un problème majeur de santé publique. Sujet longtemps tabou dont le secret restait limité à la sphère familiale, le suicide a été reconnu en France comme priorité de Santé Publique à partir de la fin des années 1990. Cause de mortalité évitable, la lutte contre le suicide relève en premier lieu d’une politique de prévention active

planning

3  jours (2 + 1 à distance)

ObjectifsMéthodologie pédagogiquePublic concernéProfil du formateur
• Développer ou acquérir des connaissances sur le comportement suicidaire.
• Développer ses capacités à repérer une crise suicidaire.
• Etre en capacité d’apporter une réponse appropriée à cette souffrance.
• Développer une culture commune autour de la problématique

Alternance d’apports didactiques et de mises en situations

Tout public

• Infirmier de secteur psychiatrique
• Gestalt-analyste
• Formateur agréé TERRA à la prévention de la crise suicidaire

 

Évaluation du potentiel suicidaire

Évaluation du potentiel suicidaire

Le rapport du suicidant au médicament est souvent étroit. Le repérage de la crise suicidaire constitue donc un levier de prévention de premier ordre.

Le suicide constitue un problème majeur de santé publique. Sujet longtemps tabou dont le secret restait limité à la sphère familiale, le suicide a été reconnu en France comme priorité de Santé Publique à partir de la fin des années 1990. Cause de mortalité évitable, la lutte contre le suicide relève en premier lieu d’une politique de prévention active.

Ce programme se propose entre-autre de corriger à l’épreuve des faits de nombreuses idées pré-conçues.

planning

2 à 3 jours

ObjectifsMéthodologie pédagogiquePublic concernéProfil du formateur
    • Développer ou acquérir des connaissances sur le comportement suicidaire.
    • Développer ses capacités à repérer une crise suicidaire.
    • Etre en capacité d’apporter une réponse appropriée à cette souffrance.
    • Développer une culture commune autour de la problématique

Alternance d’apports didactiques et de mises en situations

Tout public

• Cadre supérieur de pôle
• Cadre supérieur de santé
• Infirmier de secteur psychiatrique
• Formateur agréé TERRA

 

Intervention en situation d’agressivité

Intervention en situation d’agressivité, d’une communication adaptée à une approche contrôlée

L’agressivité traverse le temps et les sociétés et le milieu hospitalier n’y échappe pas. Ce programme a pour objectifs de prévenir et de prendre en charge ces situations d’agressivité, dans une démarche éthique. Le programme propose une analyse des pratiques, un renforcement des connaissances sur les différents mécanismes de la violence et de l’agressivité, sur la psychopathologie centré sur le passage à l’acte et l’évaluation de la dangerosité, un travail sur l’aspect communicationnel en situation et sur la gestion du stress. Des ateliers sur l’intervention face à une agression complètent ce travail.

NB

Ce programme devra être ré-ajusté après recueils des besoins réels identifiés chez les participants.

planning

3 jours

ObjectifsMéthodologie pédagogiquePublic concernéProfil du formateur

Renforcer ses connaissances sur les différentes motivations de l’agressivité ;
Acquérir une communication adaptée en situation d’agressivité ;
Développer sa capacité d’agir en situation d’agression, seul et à plusieurs ;
Développer son « stress positif » ;
Renforcer ses connaissances en psychopathologie autour du passage à l’acte ;
Aborder l’évaluation de la dangerosité en psychiatrie ;
Affirmer la démarche éthique dans la prévention et la prise en charge des situations d’agressivité. 

Approche théorique et pratique des situations de violence et d’agressivité, face à des usagers et/ou des patients, en milieu professionnel ;
Exercices pratiques pour faire face à une personne agressive ou violente ;
Psychopathologie centrée sur le passage à l’acte ;
Evaluation de la dangerosité à travers les grilles d’évaluation du risque existantes en psychiatrie ;
Exercices de relaxation qui peuvent être mises en œuvre avant et après une situation difficile ;

Professionnels du milieu sanitaire, social, médico-social, éducatif, socio-éducatif.

IDE – Cadre de Santé dans une unité d’hospitalisation pour enfants et adolescents
Enseignant et pratiquant en Self défense.

 

Enveloppement/contention

Enveloppement/contention acquisition de techniques pour les professionnels de la protection de l’enfance

L’évolution du paysage social actuel, notamment les transformations qui affectent l’enfance, l’institution familiale, la perte des repères régulateurs de l’organisation collective, génèrent chez les jeunes accueillis en structure collective ou en famille d’accueil, des comportements, attitudes et symptômes déroutants. Ces derniers rendent les professionnels perplexes, et mettent en jeu l’efficacité des pratiques professionnelles.

C’est un constat devenu malheureusement banal : les différents établissements éducatifs, les familles d’accueil, hébergeant des enfants et adolescents, peuvent à un moment ou un autre dans leur exercice, être confrontés à des situations d’agressivité et de violence. Ces situations doivent pouvoir être contenues. C’est un préalable fondamental. Il permet de dépasser la situation « critique » et de laisser la place à un travail d’élaboration de la part des enfants et adolescents, soutenus par les professionnels qui les accompagnent.

Comment contenir ? Comment être contenant ? Pourquoi ? Quand ? Les réponses à ces questions ne sont pas évidentes à apporter car elles doivent répondre à la singularité de chaque prise en charge.
Vivre une situation agressive, violente, gérer un état d’agitation peut être une expérience difficile. Ce qu’il faut comprendre ici, c’est que toutes les compétences techniques, communicationnelles, empathiques habituelles dans la relation peuvent être diminuées, voire court-circuitées. Nous observons que face à la violence, le tout premier obstacle que nous devons affronter, ce sont nos propres réactions. Allons-nous pouvoir agir pour contenir cette violence et sommes-nous en droit de le faire ?

La formation proposée pour répondre à ces questions se veut claire, précise et pragmatique. Elle n’a pas la prétention de régler toutes les situations et n’empêchera pas la survenue imprévisible d’un évènement qui nécessite une contention. Les objectifs pédagogiques sont clairement définis et la méthode est accessible à tous les professionnels qui souhaitent améliorer leurs capacités à gérer ce type de situations. Nous travaillons sur la gestion du stress, sur le comportement et la communication en situation. La méthode fait appel à des gestes très simples, peu nombreux et polyvalents, utilisables en état de stress, applicables par toutes et tous. Les réponses apportées s’inscrivent dans une démarche éthique. Elles sont extrêmement mesurées et adaptées au contexte éducatif.

planning

2 jours

ObjectifsMéthodologie pédagogiquePublic concernéProfil du formateur

Renforcer ses connaissances sur les différentes motivations de la violence et de l’agressivité chez l’enfant et l’adolescent;
Acquérir une communication adaptée aux jeunes en situation d’agressivité ;
Développer sa capacité d’agir en situation d’agression, seul et à plusieurs ;
Apprendre à rester maître de soi en situation difficile avec l’enfant et l’adolescent ;
Adapter son comportement à l’âge de l’agresseur ou de la personne agitée, dans une démarche éthique, pour prévenir et prendre en charge les situations d’agressivité et de violence. 

La méthode pédagogique retenue est une méthode dite « active » avec :
une approche théorique des situations de violence et d’agressivité, en milieu professionnel ;
une approche pratique, permettant de faire face à une personne agressive ou violente ;
une approche théorique sur la clinique spécifique de la violence pathologique chez l’enfant et l’adolescent ;
une approche théorique et pratique de la gestion du stress en situation.

Cette méthode est conçue à partir des données scientifiques contemporaines et prend en compte la dimension psychoaffective de la situation agressive ou violente. Cette méthode répond aux exigences légales (HAS, ANESM, code pénal) et éthiques nécessaires pour ce type de prise en charge.

Les deux approches, théorique et pratique, se font en alternance sur chaque demi-journée. Il est à noter que l’apprentissage des différentes techniques de protection et de contrôle est graduel et progressif sur les deux jours de formation. Les techniques sont simples, peu nombreuses et polyvalentes, utilisables en état de stress, applicables par toutes et tous. Les réponses apportées sont mesurées et adaptées au contexte éducatif.

Professionnels éducatifs (éducateurs, maîtresses de maison) intervenant auprès d’enfants de 3 à 18 ans en internat éducatif, responsables de services éducatifs, surveillants de nuit.

Chaque groupe sera composé de 12 professionnels maximum afin de pouvoir assurer un encadrement de qualité.

IDE – Cadre de Santé dans une unité d’hospitalisation pour enfants et adolescents
Enseignant et pratiquant en self défense.

 

Interventions auprès d’adultes avec autisme et autres TED

Interventions auprès d’adultes avec autisme et autres TED (troubles envahissant du développement) en psychiatrie générale

La question de la prise en soin de l’autisme a beaucoup fait débat dans le secteur de la psychiatrie. Un tournant a été marqué par les recommandations de l’ANESM et de la HAS (2010-2011). D’une part, il a été mis en avant de nouvelles approches théoriques de l’autisme se centrant sur l’apport des connaissances en neurosciences et génétique. D’autre part, de nouvelles approches thérapeutiques et éducatives ont émergé conduisant à des changements de pratique. Il se pose alors la question de l’accompagnement de la personne avec autisme, notamment à l’âge adulte. Des difficultés liées à la prise en soin se posent de plus en plus dans les institutions. Ceci conduit à un certain mal-être, voire un sentiment d’inefficacité, chez les professionnels et un sentiment d’insatisfaction chez les familles des patients. L’une des questions centrales à l’heure actuelle est : Comment accompagner les personnes adultes avec autisme tout en prenant en compte leurs particularités, les nouvelles approches théoriques et thérapeutiques et la réalité du terrain ?

planning

3 jours (2 + 1 à distance)

ObjectifsMéthodologie pédagogiquePublic concernéProfil du formateur

Présenter les textes et recommandations HAS/ANESM
Présenter les diagnostics et évaluations fonctionnelles détaillées, les échelles et tests utilisés (ADOS, ADI, AAPEP, CARS, EFI…)
Apporter des connaissances théoriques et pratiques
Aborder les particularités des personnes avec autisme (cognitives, sensorielles…) ainsi que les troubles de la communication
Prévenir et gérer les comportements inadaptés
Apprendre à construire un projet personnalisé d’intervention avec des outils validés et assurer sa mise à jour
Permettre aux soignants d’engager une prise en charge spécifique
Analyser les situations qui questionnent 

Apports théoriques
Présentation de cas cliniques
Fabrication d’outils (emploi du temps, séquençage, scénario social…) pour tenter de résoudre les situations amenées par les participants
Remise d’une bibliographie et d’adresses de sites internet utiles
Un espace dédié, disponible par code d’accès via notre site, regroupera un ensemble de supports complémentaires (articles, vidéos, textes de loi etc.)

Médecins, paramédicaux, assistantes sociales : environ 15 à 20 participants par session

Une équipe de 3 formateurs

Formateur 1 :

Psychologue clinicienne depuis 2007
Trois années de groupe de travail sur l’autisme avec des homologues travaillant en Maison d’Accueil Spécialisée et en Foyer d’Accueil Médicalisé : automutilation, usage de la contention, langage logorrhéique, solitude et répétition apaisante des repères, le cri, conduites on/off..  . Travail plus théorique à partir du film de Birger Sellin et des points proposés par Donna Williams (Si on me touche je n’existe plus) : le traitement de l’angoisse, la communication et la façon d’organiser sa pensée pour s’exprimer, l’usage des objets (perles de Birger Sellin), le mutisme, la crainte émotionnelle et la voix, le double..

Formateur 2 :

Psychologue-Neuropsychologue depuis 2002, enseignante-chercheur en psychologie du développement et en neuropsychologie à l’université Rennes 2 depuis 2008, je m’intéresse tout particulièrement aux maladies génétiques, au langage et à la communication (notamment les émotions). Dans le cadre de mon doctorat (réalisé dans un laboratoire CNRS de 2002 à 2005), j’ai travaillé sur le syndrome de Williams. Par la suite, j’ai travaillé avec Bernadette Rogé, à Toulouse, dans le cadre d’une recherche portant sur la prise en charge des personnes avec autisme (reconnaissance des émotions). Mes recherches sur l’autisme perdurent et ont conduit à des publications. De plus, j’encadre une thèse dans le champ de la psychiatrie adulte (schizophrénie et troubles bipolaires).

Formateur 3 :

Autiste de haut niveau
Maîtrise de Psychologie
Diplôme de psychopathologie à Rennes 1972.
Psychologue de 1972 à 2008 auprès de cas sociaux, jeunes en assistance éducative, délinquants etc. en Centre Éducatif et Professionnel, ITEP, CMPP, DESpA.
Intervention actuelle dans le cadre de la formation au Placis Vert, Thorigné-Fouillard.
Conférence école éducateur de Brest 1998
Conférence classe de 6e et AVS de primaire Médiathèque Villaine la Juhel 2011
Conférence Médiathèque Lassay les Chateaux 2011
Conférence Médiathèque Evron 2012
Présentation d’Agathe la Jumelle occultée de Denis Vasse au collectif Autisme de Rennes 2013

 

L’insulte, un défi pour l’éthique professionnelle

L’insulte, un défi pour l’ethique professionnelle

« Le premier homme à jeter une insulte plutôt qu’une pierre est le fondateur de la civilisation » Sigmund Freud

Le 21 février 2012 les députés votent la pénalisation des insultes aux Harkis.

Face aux insultes, chacun sent combien il est défié dans ses capacités de patience et de tolérance. Chacun sent le temps de crise que constitue le temps de l’insulte. Et combien la réponse qu’on fera (quand bien même elle serait un silence) constituera un moment critique qui orientera de manière décisive la relation à l’autre..
Bien sûr, l’insulte est perçue dans le champs social comme une agression, un comportement négatif que nous réprouvons. Toutefois, pouvons-nous interdire et condamner l’insulte comme on interdit et punit les coups ou le vol ? L’insulte ne constitue-t-elle pas un acte à part, un moment singulier dans les conflits entre les hommes ? N’a-t-elle pas une place et une fonction cruciales entre le verbe et l’action ?
Et la posture professionnelle ? Un magistrat, un policier ou un éducateur n’ont-il pas des conduites toutes particulières face aux insultes ?
Nous chercherons ici à déterminer ce qu’est une insulte, à la distinguer de l’injure, du juron et de la menace. Nous analyserons quelques cas de jurisprudence et tenterons de comprendre sa fonction sociale. Nous aborderons son rôle dans la construction psycho-dynamique de l’adolescent. Nous nous poserons enfin la question de la victime : qu’en comprendre, que lui répondre ?
Nous soutiendrons :
– Que l’insulte a aussi une fonction positive
– Que le contenu sémantique de l’insulte est loin d’être indifférent
– Que l’insulte interroge l’identité de l’insulté
– Que l’insulte peut être une chance, un kairos dans la relation à l’autre
– Que l’interdire et la condamner présentent un risque
– Que le destin de l’insulte dépend de celui qui l’écoute
– Que l’insulte doit néanmoins rester un délit et entendue comme une agression

planning

1 jour

ObjectifsMéthodologie pédagogiquePublic concernéProfil du formateur

Déterminer et classer les insultes.
Mieux comprendre les mécanismes en jeu dans la profération de l’insulte.
Comprendre la fonction sociale de l’insulte.
Mieux comprendre les enjeux éthiques et les réponses professionnelles face aux insultes.
Mieux entendre et répondre aux victimes.

Pédagogie active et participative demandant une implication des participants tout au long de la formation. Il s’agira pour les participants de s’approprier le savoir véhiculé par leur expérience.
Apports théoriques (juridiques, éthiques et psycho-dynamiques)
Analyse de cas de jurisprudence.
Analyse des pratiques professionnelles des participants.
Humour.

Magistrats, policiers, éducateurs, psychiatres, professeurs….
Tout professionnel accompagnant des publics difficiles..

Jean-Marie Vidament

Responsable pédagogique du centre Éthical formation spécialisé dans l’éthique médicale et hospitalière ( Bientraitance, comités d’éthiques…).
Spécialisé dans l’Ethique des Soins Psychiatriques.
Maîtrise de philosophie, Rennes I.
Master d’Ethique Médicale Hospitalière.
Publications d’articles, conférences